Dorade royale

Sparus Aurata

    • Méditerranée (Zone FAO 37)
      Aquaculture
    • Europe
      Aquaculture
    • Océan Atlantique Nord Est (Zone FAO 27) : Golfe de Gascogne, Méditerranée (Zone FAO 37)
      Ligne et casier
    • Méditerranée (Zone FAO 37)
      Aquaculture
    • Océan Atlantique Nord Est (Zone FAO 27), Méditerranée (Zone FAO 37)
      Chalut de fond, filet maillant

    Biologie

    La daurade royale évolue dans toutes les eaux côtières chaudes et tempérées (saumâtres). La daurade est « le » poisson méditerranéen par excellence. Sa taille atteint 70 cm pour un poids pouvant aller jusqu’à 2,5 Kg. De nos jours, la valeur économique de la production aquacole est plus élevée que celle des prises sauvages.

    Captures de poissons sauvages


    Situation des stocks

    Étant donné qu’il n’existe aucune évaluation scientifique pour la daurade royale, on ne peut rien affirmer au sujet de la situation des stocks. Dans certaines régions méditerranéennes, on observe cependant les prémices d’un fort impact des pêcheries. Dans l’ensemble, la daurade royale a tendance à être relativement résiliente à la surpêche.

    Conséquences écologiques

    Le chalutage est une méthode de pêche non sélective avec de nombreuses prises accidentelles non voulues, y compris d’espèces sensibles et protégées au fond des mers et en pleine mer. Les trémails fixes sont plus sélectifs mais il n’existe aucune donnée spécifique. Les cannes à pêche ou les pièges sont sélectifs, ont peu de rejets et ont peu d’effets sur l’environnement.

    Aquaculture

    Nourriture/consommation d’énergie

    La daurade royale est élevée en mer Méditerranée à grande échelle dans des enclos à filets ouverts. Pour produire 1 kg de poisson d’élevage il faut plus de 4 kg de poissons sauvages sous forme de farine de poisson ou d’huile de poisson. Malheureusement, ces aliments (farine de poisson et huile de poisson) ne proviennent pas de sources durables. Dans l’aquaculture bio, ces aliments sont issus de sources durables.

    Conséquences écologiques

    L’élevage de la daurade royale dans des enclos à filets ouverts a de nombreux effets négatifs sur l’environnement. Afin de lutter contre le risque élevé d’une prolifération à grande échelle des maladies et des parasites, des nutriments, des produits chimiques et des antibiotiques sont ajoutés dans l’environnement, ce qui a une incidence sur les échanges du réseau trophique. Les poissons qui s’échappent peuvent affaiblir les stocks sauvages en modifiant leur patrimoine génétique en se reproduisant avec ces derniers. Dans l’élevage bio, l’utilisation d’hormones est interdite et les médicaments ne sont pas utilisés à titre préventif mais uniquement dans des cas spécifiques de maladie. Par ailleurs, leurs aliments sont issus de sources durables.

    Gestion

    Les aspects environnementaux de l’aquaculture sont réglementés par plusieurs lois de l’UE. Toutefois, des améliorations sont encore possibles, notamment dans le domaine de la nourriture pour poissons et l’utilisation des produits chimiques.

    Certification

    La Bio-certification signifie pisciculture respectueuse de l’environnement. La nourriture provient de résidus de l’industrie de la nourriture pour poissons en vue de protéger les stocks sauvages. Dû aux réglementations relatives à la protection de l’eau et de l’environnement, les produits chimiques et les médicaments ne sont utilisés que lorsque cela est nécessaire. Selon GlobalGAP, la certification exige de minimiser les effets négatifs sur l’environnement, ce qui n’est pas toujours faisable à cause de l’élevage en enclos à filets ouverts. L’origine des aliments doit être transparente et durable. GlobalGAP est reconnaissable par le consommateur par le numéro de GGN inscrit au dos de l’emballage.