Crevette nordique

Pandalus borealis

    • Label MSC
      Sauvage
    • Océan Atlantique Nord Est (Zone FAO 27) : Mer de Barents et Mers de Norvège
      Chalut à panneaux démersaux
    • Océan Atlantique Nord Ouest (Zone FAO 21)
      Chalut à panneaux démersaux
    • Océan Atlantique Nord Est (Zone FAO 27) : Islande, Skagerrak/Kattegat, Mer du Nord et Groenland
      Chalut à panneaux démersaux

    Biologie

    La crevette nordique est un crustacé qui fréquente les eaux septentrionales de l’Atlantique, dont les températures sont comprises entre 2 et 14 ° C. Ses principales zones de pêche sont l’Islande et le Canada. L’espèce, également appelée « crevette de Norvège » ou « crevette du Groenland », peut atteindre jusqu’à 12 centimètres. Sa cousine, la crevette alaska, vit dans le Nord-Est Pacifique canadien. La crevette est relativement résiliente à la pression exercée par la pêche.

    Situation des stocks

    Les stocks de crevette nordique en Islande, au Groenland oriental et dans l’Atlantique du Nord-Ouest ont diminué et ne présentent pas de signes de reconstitution, ce qui s’explique par la pression exercée par la pêche et par la prédation. Les stocks dans le Skagerrak, la Fosse norvégienne (Nord), l’Arctique du Nord-Est et la mer de Norvège, ainsi que dans le Nord-Est Pacifique canadien, sont en bonne santé et l’intensité de la pêche est adaptée à la taille des stocks et est conforme aux avis scientifiques. Le stock n’est pas surexploité, en raison de la fermeture de zones de pêche une fois que les quotas ont été atteints.

    Conséquences écologiques

    La pêche au chalut de fond de la crevette nordique est relativement sélective, mais fait des dégâts parmi certaines espèces démersales telles que les coraux sensibles d’eau froide, les jeunes morues ou les sébastes, et certaines espèces autrefois en danger telles que les requins et les raies. La pêche au chalut de fond a des effets dramatiques sur les fonds marins. Les rejets sont interdits en Islande et dans l’Arctique Ouest.

    Gestion

    La pêche de la crevette nordique est réglementée, à travers des limites de captures ou la réduction de l’effort de pêche. La gestion dans l’Arctique du Nord-Est est largement efficace. En général, la gestion des ressources s’avère en grande partie complète et innovante, mais n’a pas permis jusqu’à présent une reconstitution des stocks, dans la mesure où la capture accessoire d’espèces sensibles et protégées reste un problème.

    Certification

    Le nombre de captures réalisées dans le cadre de pêches certifiées MSC doit être défini de sorte que le stock reste à un niveau durable. Si le stock est en-deçà de niveaux durables, le nombre de captures doit être réduit jusqu’à ce que le stock soit reconstitué au cours d’un laps de temps donné. Les captures accessoires d’autres espèces doivent être réduites au minimum absolu et les habitats marins doivent être préservés. Les différentes parties prenantes de la pêche font l’objet d’une surveillance attentive et doivent fournir les données relatives à leurs captures à des fins d’évaluations scientifiques.

    • Marine Stewardship Council - 1