Tourteau

Cancer pagurus

    • Label MSc
      Sauvage
    • Océan Atlantique Nord Est (Zone FAO 27) et Méditerranée (Zone FAO 37)
      Casier
    • Méditerranée (Zone FAO 37)
      Chalut à panneaux démersaux

    Biologie

    Le tourteau est un crabe nocturne de couleur rouge brun doté de deux grosses pinces. Il peut peser jusqu’à 3 kg. Sa carapace ne dépasse pas habituellement 24 cm de large et sa longueur se limite à 20 cm environ. Ses dernières quatre paires de pattes se ressemblent et ne sont pas couvertes de véritables épines mais ont une surface rugueuse recouverte de poils noirs très courts et durs. On trouve habituellement cette espèce dans les environnements benthiques, où il vit sur toutes sortes de fonds (sable, gravier, rochers) généralement dans des profondeurs de 6 à 40 m (max. 100 m). Il est principalement carnivore et se nourrit de divers types de crustacées, de poissons, mollusques, échinodermes et charognes.

    Situation des stocks

    La situation des stocks et l’existence de données varient sensiblement selon les zones de capture. Dans les eaux norvégiennes, orientales du Royaume-Uni et écossaises, le manque de données suffisantes donne des chiffres indéterminés ou incertains sur le stock, ce qui rend la gestion difficile et parfois inefficace. La Norvège, néanmoins, pense que son stock est stable ou même qu’il est en progression, bien que sa structure et son abondance ne soient pas connues. Malgré le manque de données, la Norvège et l’est du Royaume-Uni luttent également contre un grand nombre de rejets qui toutefois sont supposés contenir principalement des crabes sous-dimensionnés avec des taux de survie élevés. Le stock des eaux françaises est, selon la FAO, non surpêché mais encore une fois une part d’incertitude subsiste à cause du manque de données.

    Conséquences écologiques

    Une autre conséquence du manque de données sur la pêche des tourteaux est l’estimation problématique de ses effets sur l’environnement. Étant donné que les systèmes de gestion ont tendance à ne pas être très stricts, ils se traduisent souvent par une pêcherie sans modèle de gestion (sans quota) qui peut entraîner des problèmes de surpêche, comme tel est le cas dans les eaux écossaises où les taux FMAX sont constamment dépassés. Dans l’est du Royaume-Uni, des espèces menacées telles que les tortues luth, considérées comme en danger critique et les loutres, répertoriées comme quasi-menacées, pourraient être mises en péril. Dans les eaux françaises, les prises accidentelles des fileyeurs semblent être monnaie fréquente mais la quantité est, encore une fois, inconnue et l’une des préoccupations majeures est l’absence d’issues de secours dans la plupart des pièges. Toutefois, il est peu probable que la pêcherie ciblée entraîne des changements importants dans l’écosystème.

    Gestion

    Comme cela a été mentionné précédemment, la gestion de la pêche des tourteaux n’est guère stricte dans pratiquement toutes les zones de capture. Les réglementations de l’effort de pêche ne sont habituellement pas mises en place, entraînant une pêcherie sans modèle de gestion (sans quota), ce qui complique alors encore plus l’estimation de la situation. La gestion demeure en grande partie faible à quelques exceptions près comme par exemple en Irlande où elle est en grande partie efficace.

    • Marine Stewardship Council - 1