Lieu noir

Pollachius virens

    • Label MSC
      Sauvage
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 : Mer de Barents, Mer de Norvège
      Chalut à panneaux démersaux
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 : Iles Féroé
      Chalut pélagique en bœuf
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 : Skagerrak/Kattegat, Mer du Nord, Rockall, Ecosse, Iles Féroé
      Chalut à panneaux démersaux, chaluts-bœufs démersaux

    Biologie

    Le lieu est un poisson prédateur qui vit en bancs et qui se nourrit de harengs, de sprats et autres poissons analogues. Vivant dans les étendues d’eau situées près de l’Islande, de l’archipel Svalbard, de la Norvège et de la mer du Nord, il progresse également au nord du Cattégat en passant par le détroit de Skagerrak.

    Les lieus peuvent atteindre 1,30 m de long et vivre 25 ans. En raison de leur croissance lente, de leur maturité sexuelle tardive et de leur longévité, ils sont sensibles à la surpêche.

    Situation des stocks

    Le stock islandais est en bonne santé et la biomasse en augmentation. La population est pêchée de manière durable. Dans l’Arctique du nord-est et dans la mer de Norvège, la population est en bonne santé et pêchée à des niveaux durables. Dans la mer du Nord, le lieu apparaît comme prise accidentelle dans diverses pêcheries. Cette espèce est modérément sensible à la pression exercée par la pêche.

    Conséquences écologiques

    Dans la pêche directe du lieu, les prises accidentelles et les rejets sont faibles et les activités de pêche n’ont qu’un effet mineur sur les communautés benthiques. En Islande, il est illégal de rejeter des poissons en mer mais la quantité de jeunes poissons encore incapables de se reproduire peut atteindre un quart des poissons capturés.

    En pêchant à la senne coulissante, une grande quantité de poissons sous-dimensionnés pas encore à maturité sont pris et rejetés en partie avant d’être hissés à bord, bien que cette pratique appelée « slipping » soit illégale.

    Seule la pêche à l’aide de chaluts de fond risque d’altérer les biosphères. La pêche à l’aide de filets fixes et de filets maillants compte moins de rejets et n’a pas d’impact sur les communautés microbiennes du sol. Les prises accidentelles de requins et de mammifères marins en voie d’extinction sont toujours possibles.

    • Marine Stewardship Council - 1

    Pin It on Pinterest

    Share This